Appel : (Dé)construire la légitimité

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018, MESHS Lille-Nord de France

Appel à communications

Le pouvoir « distinctif » d’une pratique culturelle, tout comme le « répertoire de goûts » des individus (pour utiliser les lexiques respectifs de Pierre Bourdieu et Richard Peterson) ne se comprennent que dans un contexte social donné ; ils sont le fruit d’une histoire, que leurs bouleversements actuels dans le sens d’une difficulté de plus en plus grande à maintenir les distinctions entre « populaire » et « savant », « bas » et « haut », commande d’interroger. Des travaux ont été menés sur la constitution des panthéons (Weber et alii, 2012) ou « l’invention des classiques » (Zékian, 2012), et le projet « LégiPop » se propose de poursuivre l’enquête sur l’historicité des critères de valeur – et de dévalorisation. Il s’agira durant cette journée de revenir sur la construction de la légitimité, les processus de légitimation et d’en réévaluer les zones d’ombre :

– Vers une histoire de la légitimité : les distinctions et leur pouvoir classant sont-elles un produit de la modernité, notamment littéraire, et le fruit de stratégies au sein des mondes de l’art ? En quoi le postmoderne, et le « post-post » contemporain, s’en sont-ils saisis, pour les subvertir et/ou les consolider ? En quoi la montée en force des cultures mass-médiatiques d’une part, et des pratiques participatives d’autre part, a-t-elle fragilisé les modèles distinctifs sur lesquels reposait l’idée de légitimité ? En quoi les réflexions initiées par les cultural studies (sur les rapports de forces entre classes, genres, origines ethniques et géographiques, identités sexuelles) mettent-elles à mal l’idée même d’une unité de la légitimité ?

– De la légitimité aux légitimations : avec la fragmentation des instances légitimantes et la montée en puissance d’ensembles concurrents de systèmes de légitimations (médiatiques, sous-culturelles, contre-culturelles), la question d’une légitimité laisse de plus en plus la place à des légitimations concurrentes, qui en altèrent profondément les principes. Peut-on encore dans ce cas parler de légitimité ? Ne doit-on pas détacher les logiques de distinction et les pratiques de légitimation de la perspective d’une valeur ou d’une légitimité objectivées ?

– Vers des degrés de légitimation : comment réévaluer dès lors la masse de la littérature « moyenne », du middle brow, majoritaire et pourtant peu affectée, ou peu abordée, par les débats critiques et les mutations de la légitimité ? Symétriquement, quel rôle les mouvements qualifiés de « sous-cultures » jouent-ils dans ce processus d’évolution ? Que faire des stratégies de légitimation qui ont accompagné l’esthétisation et l’artification des pratiques et des biens culturels entendus dans leur sens le plus large, y compris dans leurs formes les plus marchandes et les plus prosaïques ?

Les réponses (10 à 20  lignes + notice biobiliographique) sont à envoyer pour le 15 décembre à Anne Besson et Matthieu Letourneux : anne.besson@univ-artois.fr , matthletourneux@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.