Résumé : Processus et régimes de légitimation

Résumé de communication, séminaire du 5 mai 2017

Anne Isabelle François, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172)

Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques

Le titre de la journée invite à manier un certain nombre de notions qui constituent un réseau dense au sein de « la fabrique de légitimité littéraire » (Pascale Casanova). On posera la question des processus et régimes de légitimation en deux temps : d’abord en termes généraux (sur quels présupposés repose-t-elle ? que soulèvent les usages d’un terme entré dans le vocabulaire courant ? quels sont les concepts à manier ? à quels niveaux – objet et démarche – s’effectue le questionnement ?), puis en la rapportant à deux propositions concrètes, à la fois théoriques et méthodologiques.

Le questionnement exige de se confronter à des catégories usuelles, plus ou moins bien définies et circonscrites (comme celles de sous-culture, contre-culture, paralittérature et autres stigmates qui comprennent des objets de « simple divertissement » marqués par l’infériorité et des limitations sociales, accompagnés de discours de déplorations sur leur nocivité, leur infantilisme, leur escapisme, etc.), ainsi que des jeux de différenciations binaires (production « de masse », de « grande consommation » vs. « de qualité », « cultivée », restreinte ; culture « légitime » vs. « illégitime » ; centre vs. marge ; majeur vs. mineur ; bas, à faible légitimité vs. haut, à forte légitimité) ; enfin une double définition de culture, entendue comme élitiste ou comme un socle partagé (le « Culture vs. culture » de Terry Eagleton). La difficulté tient au fait d’articuler les trajectoires de légitimation et la diversité culturelle, en prenant garde à ne pas envisager ces trajectoires uniquement de façon verticale (haut/bas, élitiste/populaire), mais à analyser les répertoires et segmentations autrement (querelle des goûts « omnivores » et « univores », distribution horizontale, hiérarchies intra-genres vs. hiérarchies entre genres), les résultats des processus (attribution de valeur, de légitimité, voire consécration) étant temporaires et fragiles. Le pivot semble en être autant celui de la légitimation de l’autorité ainsi que celle des processus, régulations et régimes de légitimation, ce que le sociologue allemand Niklas Luhmann, dans un autre contexte, appelle le principe de « légitimation par la procédure » (Legitimation durch Verfahren 1969).

Les deux propositions théoriques et méthodologies concrètes émanent l’une et l’autre des études littéraires et se révèlent convergentes, en dépit de présupposés a priori diamétralement opposés. La première est celle qui a émergé dans le champ des Cultural Studies, en particulier dans leur versant britannique, avec l’analyse du « circuit de culture », « arène du consentement et de la résistance » (Hall). Battant en brèche un certain de nombre de présupposés stérilisant l’approche des « cultures populaires », notamment celui, mécaniste, de l’aliénation de l’école de Francfort, les Cultural Studies ont fourni un langage pour discuter la créativité, dispersée, tactique et bricoleuse, et la résistance des publics, autour des notions d’affiliation, de consensus et de participation : c’est par des pratiques d’appropriation situationnelle que les groupes ou les individus créent des manières de défier les idéologies dominantes, ce qui fait « consensus », et d’interroger les institutions (attention négociée, ruses, consommation nonchalante, lecture oblique, adhésion à éclipses, distance pratique).

Le deuxième cas est moins connu, mais paraît tout aussi intéressant : il s’agit d’un ouvrage au titre délibérément modeste, An Experiment in Criticism (Expérience de critique littéraire, 1961), par un auteur, C. S. Lewis, qui occupe par excellence une position universitaire légitime, mais dont la propre pratique littéraire (en termes d’écriture et de lecture) va vers des genres déconsidérés, « illégitimes », comme le merveilleux ou la fantasy. L’ouvrage est non seulement une entreprise de défense de cette littérature populaire, mais constitue aussi une prise de position polémique à l’encontre des voix critiques dominantes de son temps (F. R. Leavis). L’ouvrage est travaillé par le lexique et les notions de stratification culturelle et reste très normatif, mais son intérêt tient au fait de proposer une nouvelle méthode qui inverse les termes du problème : pour statuer sur la valeur littéraire d’une œuvre, Lewis propose de partir non pas des textes, mais des pratiques de lecture. Le critère décisif (condition nécessaire et suffisante) est celui de la re-lecture.

Avec un langage et des présupposés théoriques radicalement différents (matérialiste pour Hall et Hoggart, chrétien pour Lewis), les deux théories s’avèrent convergentes, en particulier par l’attention portée aux pratiques. Les théoriciens n’ont également aucune croyance en l’autonomie du littéraire et refusent toute démarche qui oublierait que les textes et objets culturels n’existent pas dans l’absolu, mais dans le monde, par une actualisation toujours particulière et située.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.