Francis Marcoin

Professeur de Littérature française à l’université d’Artois depuis 1993.

Mes recherches tiennent en quatre ouvrages, un ouvrage en collaboration, sept directions ou co-directions d’ouvrages, et plus d’une centaine d’articles ou de travaux répartis en trois sections :

  1. Histoire et critique de la littérature de jeunesse ; questions d’enfance
  2. Lecture, critique littéraire, pédagogie, institutions
  3. Roman et critique du roman : Maupassant et le Naturalisme/ autres auteurs.

Recherches d’abord menées dans le champ du roman réaliste et naturaliste, essentiellement sur l’œuvre de Maupassant, puis dans le domaine des livres et objets culturels de l’enfance, qui est devenue une des spécialités reconnues de l’université d’Artois, avec une revue bisannuelle, les Cahiers Robinson, créée en 1997 (quarantième volume sous presse) et un centre de documentation et de recherche, le centre Robinson. Comme expert sur ces questions, j’ai fait partie des comités scientifiques de nombreux colloques nationaux, notamment ceux organisés par le CRILJ et par la Joie par les livres à l’occasion de leur cinquantenaire. A chaque fois mon intervention inaugurale portait sur des questions générales de critique et de théorie en matière de littérature et de politique culturelle. Lors du prochain colloque  Paris en février 2017, « Elargir le cercle des lecteurs : la médiation en littérature pour la jeunesse », cette intervention portera sur « Quelques paradoxes autour de la notion de médiation ».

Cette réflexion se développe également dans le cadre du cycle de séminaires Artois-Nankin, en collaboration avec l’université de Nankin : par exemple, « Le style français en épistémologie et en critique littéraire » (3e séminaire, French Theory et théorie littéraire, 2011) ainsi que dans les conférences invitées de l’école des hautes études de cette même université, par exemple, en novembre 2015, sur les origines de la critique en France. J’ai été désigné comme membre fondateur de l’association des amis de Confucius par le Hanban, organisme chinois chargé de gérer les instituts Confucius dans le monde.

 

Les questions posées par le présent projet s’appliquent directement à ces champs de recherche.

En premier lieu, la littérature de jeunesse a souvent été associée à la littéraire populaire, tant au travers de la transmission scolaire que de la diffusion commerciale. Sur ces points, voir mes deux ouvrages :

– à l’école de la littérature, Éditions Ouvrières, 1992.

– Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIX° siècle, Champion, 2006.

Pourtant les origines de cette littérature sont plutôt aristocratiques. Voir mon ouvrage :

– La Comtesse de Ségur, ou le bonheur immobile, Artois Presses Université, 1999.

Et les ambitions aujourd’hui affichées par nombre d’auteurs peuvent renvoyer à la notion d’aristocratie littéraire développée par Sartre dans son Baudelaire. Inversement, se développe la conscience d’une variété des valeurs culturelles dans notre « modernité liquide » (expression de Zygmunt Bauman, dans La décadence des intellectuels. Des législateurs aux interprètes, pour désigner une société où ces valeurs se volatilisent à toute allure, assujetties à un modèle de consommation exigeant un constant renouvellement). J’ai développé cette question lors d’un des séminaires de Nankin, dans « Ce qui échappe à la critique : l’exemple de la littérature de jeunesse », en lien avec la notion de cross over développée par la critique anglo-saxonne : croisement des âges de lecteurs mais aussi des statuts, inférieur ou supérieur, des œuvres littéraires et artistiques.

En second lieu, une réflexion sur les questions générales de littérature implique de s’interroger sur le positionnement revendiqué par l’auteur, le lecteur, le critique. J’ai pu un certain moment être associé à des recherches sur l’histoire de la lecture conduites par Roger Chartier, et des recherches sur la sociologie de la lecture, conduites par Martine Poulain. Les travaux menés sur Maupassant (plus d’une vingtaine d’articles) permettent aussi de considérer le statut d’un auteur appartenant à un cercle particulièrement légitime mais lui-même longtemps déligitimé en dépit ou à cause d’une très grande popularité.

Actuellement, mes recherches portent sur Hector Malot, qui a pris ses distances avec ce même cercle et qui apparaît comme l’écrivain bourgeois par excellence, revendiquant cette étiquette. Voir deux ouvrages collectifs que j’ai dirigés :

Hector Malot et le métier d’écrivain, actes d’un colloque tenu à l’université de Rouen, éditions Magellan, 2008, et l’article introductif : « Hector Malot, libre et bourgeois ».

Hector Malot, la littérature, la morale et le Droit, Paris, éditions Magellan, 2014.

Ouvrage en cours: Le cas littéraire de M. Hector Malot (d’après une formule de l’époque du journaliste Pierre Brisson).

Ces deux exemples permettent entre autres de complexifier l’appellation « populaire ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.