Résumé : Légitimité et séries TV

« Les séries télévisées : « légitimité » d’un objet de recherche »

Sarah Lécossais (Paris 13).

Cette communication propose de revenir sur les processus de reconnaissance des séries télévisées à l’Université et la manière dont elles ont pu devenir des objets dignes d’intérêt pour la recherches et, de ce fait, « légitimes ». Ces fictions ont beaucoup souffert de l’imposante présence de la théorie bourdieusienne de la culture, en France en tout cas, et connaissent des formes récurrentes de hiérarchisation. Cette communication propose donc des pistes de réflexion permettant de saisir comment les conceptions légitimistes de la culture ont pu jouer sur les séries télévisées françaises, sur leur réception et sur les critiques dont elles ont fait l’objet, aussi bien à l’Université qu’ailleurs. C’est donc le double processus de critique et de reconnaissance des séries françaises qui sera retracé dans ses grandes lignes.

On rappellera d’abord les travaux pionniers sur la télévision et leur approche des séries et feuilletons TV :  la première approche renvoie à la théorie critique et aux travaux de l’École de Francfort (Adorno, Horkheimer) tandis que la seconde s’ancre dans la théorie de la légitimité culturelle. D’un côté émerge une critique en termes idéologiques, d’influence marxiste ; de l’autre, c’est la hiérarchie des biens culturels qui est au cœur de la critique qui place la télévision et plus encore ses séries sur les derniers barreaux de l’échelle. Finalement, ce n’est pas étonnant que les soap operas aient fait leur entrée à l’Université via les travaux de chercheuses féministes issues des études filmiques anglo-saxonnes, chercheuses qui ont participé à démontrer la nécessité de travailler sur le genre du soap, démontrant qu’il doit être envisagé sous l’angle du plaisir qu’y prennent les téléspectatrices et que ces textes sont bien plus ambivalents que ce qu’on a bien voulu en dire (cf. M. E. Brown, L. Barwick, Ch. Brunsdon, Ch. Geraghty, T. Modleski, entre autres).

 

Les séries télévisées sont par ailleurs le lieu de hiérarchisations implicites. Ainsi, se jouent d’une part des hiérarchies liées à leur origine géographique et culturelle (séries américaines versus séries françaises) ; d’autre part, des hiérarchies génériques (séries dites « de qualité » ou « d’auteur » (MadMen, Six Feet Under…)  – et, en bas de l’échelle, les soaps, les telenovelas, séries familiales et autres Plus belle la vie).

Afin de valoriser les fictions (dont elles ont des obligations de production), les chaînes françaises mettent en place un certain nombre de stratégies de distinction visant à promouvoir la « création » dans la production sérielle française (on peut ici penser au développement de discours liés à la « création originale » sur Canal+ (Le Guern et Teillet, 2003) ou plus récemment sur TF1, F2 et F3). Cependant, toutes les séries françaises ne sont pas incluses dans cette forme de labellisation.

L’approche par les cultural studies permet, en quelque sorte, de se libérer à la fois des théories des effets des médias tout en laissant de côté la question de la qualité. Quand il s’agit d’étudier des représentations, de saisir des imaginaires et des mises en discours et en images de rapports sociaux de genre, de race ou de classe, la soi-disant qualité de l’objet n’est en effet pas pertinente. Peu importe donc la facture des fictions, la répétition de leur « formule » ou le jeu de leurs acteurs et actrices… ces objets sont intéressants en ce qu’ils ont été jugés, par les chaînes qui les proposent à leurs publics en espérant réaliser de bons taux d’audience, à même d’être diffusés. Ainsi, du point de vue de l’analyse des représentations et des rapports sociaux qui s’y jouent, toutes les séries se valent – quels que soient leurs formats, leurs chaînes de diffusion, leurs réalisateur/trice.s, etc. Ces objets peuvent donc être étudiés pour eux-mêmes et être reconnus comme un matériau passionnant pour saisir, comme le dit Éric Macé (2006), la manière dont se disent elles-mêmes, les sociétés.

Bibliographie indicative

ADORNO, Theodor W., et HORKHEIMER, Max, « La production industrielle de biens culturels. Raison et mystification des masses », in La Dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974, pp. 129-176.

BROWN, Mary Ellen, et BARWICK, Linda, « Fables and endless Genealogies : Soap-Opera and Women’s Culture », Continuum : The Australian Journal of Media & Culture, vol. 1, n°2, 1988, pp. 71-82.

BRUNSDON, Charlotte, « Crossroads Notes on Soap-Opera », Screen, vol. 22, n°4, 1981, pp. 32-37.

ECO, Umberto, « Innovation et répétition : entre esthétique moderne et post-moderne », Réseaux, vol. 12, n° 68, 1994, pp. 9-26.

LE GUERN, Philippe, et TEILLET, Philippe, « « Canal Plus » de légitimité ? Les processus médiatico-publicitaires de consécration culturelle à l’émission Nulle part ailleurs », Réseaux, n° 117, 2003, pp. 109-132

MACÉ, Éric, La Société et son double. Une journée ordinaire de télévision, Paris, Armand Colin, 2006.

MACÉ, Éric, Les Imaginaires médiatiques. Une sociologie postcritique des médias, Paris, Amsterdam, 2006.

MODLESKI, Tania, « La quête du lendemain dans les soap-opéras d’aujourd’hui. Réflexions sur une forme narrative féminine », in SELLIER, Geneviève, et VIENNOT, Eliane (dir.), Culture d’élite, culture de masse et différence des sexes, Paris, L’Harmattan, 2004, pp. 173-184.

MORIN, Edgar, L’Esprit du temps, Paris, Armand Colin/INA, 2008 (1962).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.