Résumé : Chanson populaire et poésie

Quand les lettrés s’intéressent au “bon vieux temps” : la chanson populaire dans la poésie romantique

 

Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

Il se révèle difficile de définir la chanson populaire, et surtout de savoir qui en est l’auteur. Dès l’époque médiévale, ce qu’on appelle chanson rustique (on ne dit pas populaire alors) et archaïque, est en fait l’œuvre de poètes savants. Les poètes de la Renaissance font parfois de même pour plaire à un public que charme la simplicité bucolique : Ronsard en est un bon exemple quand il lui est reproché de faire une poésie trop complexe.
La confusion demeure au fil du temps, et même une approche un peu savante de l’histoire de la poésie, dans le courant du siècle des Lumières, n’empêche pas qu’on considère comme des œuvres issues du peuple tout ce qui sonne vieux, alors que bien des recueils de « chansons du bon vieux temps » se révèlent être des pastiches, ou associent sans distinction chansons issues du folklore et œuvres de poètes contemporains. Cependant, cette attitude traduit surtout le désir, se faisant jour dans plusieurs pays européens à cette époque et se poursuivant durant le XIXe siècle, de retrouver une poésie primitive et authentique, qui serait à l’origine de l’histoire d’une nation. S’y ajoute, chez les romantiques, une nostalgie nouvelle pour l’enfance, et pour les souvenirs qui s’y rattachent, dont celui des « vieilles chansons », la plupart du temps chantées par des nourrices – d’où l’amalgame avec le peuple.
Cet engouement explique qu’un certain nombre de poètes de l’époque, au premier rang desquels Hugo, aient donné à certains de leurs poèmes des allures de chansons, qui n’ont encore une fois de populaire que leur style. Chez Hugo, ce type de poésie revêt, dans le recueil Châtiments, une vocation politique : le « fredonnement populaire », pour citer une expression des Misérables, doit aussi permettre de mieux s’adresser au peuple et d’en devenir le chansonnier, face à l’oppression du pouvoir.
Mais, dans la plupart des cas examinés, si la chanson populaire peut s’adresser au peuple, parler du peuple, adopter sa manière de s’exprimer, elle est rarement l’œuvre du d’un poète issu du peuple – et d’ailleurs peut-il en être à cette époque ? –, mais avant tout une question de style : est considéré comme populaire ce qui perçu comme archaïque et naïf… même si cela est feint et fabriqué !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.