À propos

LE PROJET LEGIPOP

 

Contexte scientifique et/ou technologique et économique, enjeux et état de l’art

Le projet LégiPop s’inscrit dans la lignée de travaux et d’expériences menées au sein de l’université d’Artois et du laboratoire « Textes et Cultures ». Cette équipe d’accueil émane en effet de la réunion d’un centre de recherche presque exclusivement consacré à la littérature de jeunesse et de centres de recherches en langues et littératures étrangères, auxquels s’est ajouté une équipe de chercheurs en arts du spectacle. C’est dire que l’interrogation sur la complémentarité, au niveau des corpus comme de la recherche, entre discours « populaires » et discours « légitimes » est au cœur même du laboratoire et pourrait en constituer un axe transversal structurant. Certaines manifestations récentes sont allées dans ce sens : l’organisation, en collaboration avec le Centre Régional des Lettres et du Livre du Nord-pas de Calais et la MESHS, d’un colloque consacré aux « Usages du livre », le 06 octobre 2016, a permis d’étudier les conséquences éventuelles de l’usage du numérique sur la définition d’une « œuvre » et sur celle de l’écriture savante : là dialoguaient des éditeurs, des auteurs, des spécialistes de l’adaptation en bande dessinée de textes littéraires, des spécialistes des communautés interprétatives de fans, etc…. Quelques mois plus tôt avait été organisé, en juin, un séminaire interne de réflexion autour des « Cultures populaires, savoirs légitimes » où se côtoyaient des chercheurs du centre émanant de disciplines diverses (arts du spectacle, littérature française, littérature comparée, littérature de jeunesse).

Enfin, la création à l’université d’Artois du Mooc « Fantasy » en 2015 confère aux chercheurs réunis dans le projet un objet d’études de choix : les nombreuses remarques recueillies auprès des « étudiants », les cursus suivis par eux sont autant de données précieuses pour qui entend s’interroger sur la nature et l’effet de telles formes d’enseignement.

Le projet LégiPop pourrait ainsi structurer les recherches interdisciplinaires menées au sein de l’EA 4028, et permettre à cette équipe de lier des relations avec les laboratoires régionaux lors des ateliers « ouverts » programmés. Mais là n’est pas sa seule vocation : il permet aussi, dans la perspective du dépôt de dossier ANR, la collaboration de chercheurs français et étrangers autour de problématiques originales qui s’inscrivent dans la lignée de leurs travaux tout en en modifiant la portée et l’étendue. Francis Marcoin, spécialiste reconnu en littérature de jeunesse, s’intéresse plus largement à la construction de la légitimité et aux variations contextuelles qui l’affectent. Spécialiste de la « fantasy » et des univers fictionnels, Anne Besson est l’auteur de travaux nombreux sur la théorie de la fiction et l’intermédialité contemporaine ; ses travaux personnels l’ont amenée à collaborer avec des spécialistes des médias, comme les sociologues Eric Maigret[1] et Sarah Lécossais, et à interroger la notion de « culture populaire » au sein de l’association LPCM. Matthieu Letourneux en est l’un des membres actifs, et participe au projet ANR porté par Claire Barel-Moisan consacré à la poétique du roman d’anticipation. Anne-Gaëlle Weber a quant à elle travaillé, au sein de l’ANR JCJC « HC19 » qu’elle a coordonnée, sur la variation des critères de littérarité et de scientificité dans le XIXe siècle européen ; elle a ainsi pu étudier, en compagnie de Sylvain Venayre (Université de Grenoble) ou Jean-François Chassay (UQAM) notamment, la multiplicité des critères à l’œuvre dans la constitution de panthéons, ainsi que l’émergence de la vulgarisation savante et ses conséquences sur la définition des savoirs et des disciplines.

Dans un esprit proche de celui de l’OBVIL[2], mais sur des objectifs redéfinis, à la fois plus restreints et plus précis, le défi relevé par ce projet est à la fois de s’assurer la collaboration d’historiens et de sociologues de la culture et de se concentrer sur le devenir des études littéraires. Il est aussi de reposer sur la collaboration entre des spécialistes des médias et des œuvres très contemporaines et des tenants de l’histoire littéraire internationale. Le projet assume en quelque sorte une forme de rétrodiction en partant du caractère assez vague, de nos jours, de la définition du légitime et du populaire, en prenant en compte au moins l’écart qui peut exister là entre des catégories sociologiques et des choix culturels individuels, pour remonter aux sources des articulations possibles entre savoirs institutionnalisés et œuvres de vulgarisation. Il est aussi tourné vers l’avenir : en exhibant des formes « anciennes » de savoir populaire, le projet pourrait remettre au goût du jour des pratiques dites populaires de la transmission du savoir (histoires rétrospectives, essai, pastiches, dialogues parodiques…).

  1. Objectifs et originalité

Le contexte culturel de la postmodernité est marqué par une dé-hiérarchisation des pratiques « savantes » et « populaires »[3] de plus en plus nette, accentuée encore par l’usage des outils numériques. En se distinguant de la pensée de la légitimité et de la « culture dominée » héritée des travaux de Pierre Bourdieu, la nouvelle sociologie des médias a rejoint depuis deux décennies les positionnements des cultural studies anglaises et américaines, plus favorables à une prise en compte de pratiques de consommation plus diversifiées, sensibles à des stratégies d’appropriation et de reconfiguration[4]. Mais le présupposé de l’« hybridation croissante des univers culturels, particulièrement sensible chez les générations nées depuis l’Après-guerre » (« consécration de la culture juvénile, spectacularisation de certains aspects de la culture cultivée, développement de formes d’éclectisme (…), déclin du pouvoir distinctif de certaines pratiques culturelles comme la lecture »[5]), n’est pas sans conséquences sur la définition de la « culture » et de la « littérature » et sur leur prise en compte dans les pratiques d’enseignements académiques et de diffusion des savoirs[6].

L’enseignement des lettres, à l’école comme à l’université, a longtemps contribué, au moins en partie, à créer une « culture commune », un socle commun d’œuvres et de grandes figures. Si tout désormais peut être culture, si celle-ci est pour chacun, un assemblage individuel, « dissonant », dialogique, quelle peut être la fonction des études littéraires ? Comment peuvent-elles justifier non seulement leur objet mais aussi leur utilité ? Que devient d’ailleurs leur « objet » ? Doivent-elles, si l’on reprend la distinction posée par Jean-Marie Schaeffer dans sa Petite Écologie des études littéraires, se concentrer sur l’explication de « faits littéraires » extensibles à plusieurs médias ou peuvent-elles (doivent-elles ?) encore décrire une histoire de la littérarité et de ses variantes[7] ? Enfin, et paradoxalement, en élargissant leur contenu aux autres créations médiatiques, artistiques ou culturelles, ne contribuent-elles pas, par-delà l’hybridation constatée, à créer de nouveaux panthéons[8] ? Le développement récent, dans l’université française, de nouveaux modes d’enseignements, sous la forme des MOOC, qui ouvrent les recherches en lettres à un nouveau public, propose de nouvelles formes de diffusion et, dans le même temps, redéfinit peut-être le domaine même de la recherche scientifique ainsi que celui de l’enseignement académique. Il est une incitation à l’invention d’autres formes de vulgarisation des recherches savantes, par-delà la seule forme de ces certifications.

Jamais sans doute le besoin de justifier l’étude de la littérature et, corrélativement, de réfléchir à sa définition, ne s’est en effet autant fait sentir qu’aujourd’hui, puisque l’utilité sociale de la « discipline » ne semble pas aller de soi. Le projet de recherche LégiPop se situe à la croisée de deux grands domaines d’interrogations : celles des sociologues et historiens des médias qui entendent élargir bien souvent l’objet même des études littéraires ou, du moins, ne pas lui accorder de spécificité propre au sein de la « culture » et celles des tenants des études littéraires qui s’interrogent sur la crise de leur discipline et réfléchissent non seulement à la nécessité d’en élargir le champ, mais aussi à celle d’en définir la spécificité et d’en défendre l’utilité[9]. Porté par des spécialistes de littérature et de littérature comparée, il entend interroger les conséquences très actuelles de l’hybridation supposée ou non des composantes de la « culture » sur la recherche et l’enseignement de la littérature et sur la définition de son objet. Il concentrera précisément son attention sur la manière dont les processus de « légitimation » de la « culture » et des « savoirs » ont pu changer et évoluer, voire s’opposer ou se confondre avec la « vulgarisation » savante (Jean-François Chassay). À l’heure des polémiques entourant l’attribution à Bob Dylan du prix Nobel de littérature, ou quand la récente enquête du Ministère de la Culture et de la Communication, consacrée pour la première fois aux « Représentations de la culture dans la population française »[10] permet de prendre la mesure de l’extension des domaines considérés (ou non !) comme culturels, le détour vers l’histoire des processus croisés de légitimation et de vulgarisation semble particulièrement nécessaire.

 

Le projet LégiPop entend, à partir d’exemples très contemporains revenir sur l’évolution des définitions du « populaire » et du « légitime » induites par l’usage de nouveaux outils de diffusion, tels que les outils numériques. L’accès au plus grand nombre à un certain type de recherche universitaire ou encore à des procédés d’écriture ou de commentaires entraîne-t-il nécessairement, en retour, une redéfinition non seulement du savoir académique en littérature, mais aussi de ses objets et de ses catégories ? Les évolutions quantitatives s’accompagnent-elles d’évolutions qualitatives ? Pour mesurer ou cerner ces éventuels bouleversements, le projet se développera suivant trois grandes problématiques, découlant des articulations possibles entre les termes de « savoirs », « culture », « populaire » et « légitime », dont il s’agira à chaque fois d’interroger les sens.

 

  1. Cultures populaires/Cultures légitimes :

 

On s’attachera d’abord au dialogue permanent qui s’établit au sein des œuvres de fiction entre des « matières » issues d’univers culturels distants (l’histoire de l’art dans le jeu vidéo et dans l’autre sens l’esthétique du pixel et du retrogaming dans l’art contemporain, par exemple). Partant du constat dressé déjà par Anne Besson, de l’« expansion multimédiatique des fictions contemporaines »[11], il s’agira d’ébaucher l’histoire de la manière dont des œuvres dites « légitimes » empruntent aux cultures populaires et, vice versa, la manière dont des œuvres dites « populaires » empruntent aux savoirs et aux cultures légitimes. Si on repère peut-être plus facilement les emprunts que le « bas » fait au « haut », la manière dont la culture populaire se saisit d’éléments qui antérieurement relevaient d’une culture d’élite, la dynamique inverse est de plus en plus prégnante, du « haut » vers le « bas », qui voit des produits culturels visant des formes instituées de reconnaissance ne pas hésiter à avoir recours à des thèmes et motifs, ou encore à des structures, qui relevaient antérieurement de la sphère populaire. Ainsi le roman de littérature « blanche » fait-il aujourd’hui explicitement appel aux mécanismes narratifs des séries télévisées ou bien aux codes des littératures de genre.

Dans ce contexte contemporain qui semble marqué par une absolue porosité, des hiérarchies se réinstaurent pourtant sans cesse, au sein des formes médiatiques à succès, sinon dans les œuvres elles-mêmes, dans leur « monde » sociologique de production/interprétation (avec par exemple la notion de « quality TV »). De son côté, la « culture pop » se pense désormais comme telle  et la réflexivité qui tend à l’envahir mérite d’être interrogée dans cette perspective. Ici encore, les communautés interprétatives, théorisées notamment par Jenkins et Tulloch, tendent à produire leurs propres systèmes distinctifs suivant des logiques de groupes – que ceux-ci prennent la forme de sous-cultures jeunes, ou obéissent à des dynamiques sociales, ethniques, de genre ou sexuelles[12].

Une telle histoire aura pour conséquence de faire apparaître, en acte, les critères historiques de définitions du « populaire » et du « légitime », leurs éventuelles variations, leurs nécessaires nuances[13], ainsi que la place de la « Littérature » dans la culture.

 

  1. Savoirs populaires/Savoirs légitimes (en littérature)

 

La vulgarisation ou la « popularisation » (pour reprendre un terme en cours en France au XVIIIe siècle dont l’équivalent anglais « popularization », synonyme de « vulgarisation » n’est pas chargé comme son équivalent de connotations péjoratives) s’oppose-t-elle encore à la « légitimation » ? L’une et l’autre démarches ne tendent-elles pas à se confondre dans l’usage ou l’échange de formes communes ? La simple consultation de blogs de lecteurs passionnés de séries romanesques ou télévisuelles suffit à constater l’usage, par les « fans », d’une érudition digne de celle des grands littérateurs ou bibliothécaires du XIXe siècle. La littérature de jeunesse, entre exigence artistique et volonté de démocratisation, constitue un autre cas d’école de tels débats. L’équipe réunie autour du projet « Légipop » étudiera donc parallèlement les processus à l’œuvre dans la légitimation des savoirs populaires, l’importance des « communautés interprétatives »[14] et, en particulier, des sites dédiés à des amateurs de séries ou de livres.

On observera ainsi la pratique contemporaine de méthodes d’analyses très érudites par les amateurs (ou fans) de la culture littéraire et médiatique populaire et on s’interrogera, en miroir, sur l’histoire des pratiques lectoriales et de la critique érudite. Les amateurs, les fans ou les communautés sous-culturelles (le lexique doit être interrogé[15]), concentrent en effet leur travail de collecte et de partage d’informations sur les domaines traditionnellement mal-aimés du champ culturel – les romans populaires du XIXe siècle, les fascicules bon marché, les magazines pulp, les journaux de bandes dessinées, dont rien sinon leur passion dévouée ne garantissait l’archivage, ou aujourd’hui les médias de flux (soap opera, séries, jeux en ligne). On peut estimer cependant que le produit de cet engagement, empruntant les voies de la bibliophilie ou de la recherche minutieuse de « sources » mythographiques ou intertextuelles, reconduit pour une part les formes et protocoles de l’érudition savante[16].

Quand inversement tend à se développer dans l’université française la mise en place de « MOOCs » qui, en touchant un large public, pourraient contribuer à défendre la nécessité, sinon l’utilité sociale, des études littéraires[17], il convient donc d’interroger le présupposé de l’opposition entre la vulgarisation et le savoir en proposant, dans ce second axe, une histoire des relations entre « érudition », « constitution des savoirs académiques » et « vulgarisation » en France et en Europe[18]. L’histoire des rapports entre critique littéraire et médias, revue à l’aune des nouveaux usages numériques en la matière, n’aura nulle vocation à céder à une certaine nostalgie mais tendra à mettre en évidence la grande variété passée des écritures théoriques et critiques de l’histoire de la littérature, à inventorier des formes oubliées souvent hybrides (si l’on considère qu’écriture littéraire et écriture savante doivent se distinguer). Le développement de la presse à grand tirage en Europe au XIXe siècle, comme celui de la vulgarisation ont, comme l’ont montré notamment Yves Jeanneret[19] et Marie-Ève Thérenty[20], eu des conséquences sur l’invention de nouvelles formes d’écritures savantes, littéraires et populaires.

 

 

  1. Cultures populaires, savoirs légitimes/Cultures légitimes, savoirs populaires

 

De là découlera un inventaire des nouvelles pratiques possibles de l’écriture critique en faisant retour vers les formes anciennes de la vulgarisation qui, pour certaines, revendiquaient l’appartenance à la sphère littéraire autant que savante : quelles formes pour la critique littéraire ? Quelles formes pour l’enseignement ? L’interrogation, actuellement prégnante chez certains historiens tels qu’Ivan Jablonka ou Sylvain Venayre, membre de l’équipe[21], sur l’usage de l’écriture littéraire comme argument savant pourrait mener les chercheurs en littérature à inventer ou à recréer les formes littéraires populaires de la critique savante. À titre d’exemple, les chercheurs en littérature pourraient, comme les historiens, s’emparer de la forme de l’histoire littéraire contrefactuelle : souvent pratiquée dans les premières histoires littéraires du XIXe siècle, qui semble n’être efficace qu’à partir du moment où elle peut se déployer sur un socle commun et qui, dans le champ des sciences sociales, est souvent apparue comme peu « scientifique »[22].

En traitant de manière savante d’objets dits « populaires », modifie-t-on la notion même de « culture littéraire » ou l’idée (construite) de « littérarité » ? Comment se sont constitués, depuis les premières histoires littéraires du XIXe siècle, les « panthéons » littéraires ? Peut-on encore constituer de tels panthéons[23] ? Peut-on, en regard, partir de la culture populaire pour analyser les œuvres savantes ou légitimes ? Qu’en est-il de l’« actualisation » des « grandes » œuvres littéraires, évoquée aussi bien par Yves Citton que par Jérôme David[24] ? Comment légitime-t-on une culture par le savoir et, inversement, comment décrédibilise-t-on un savoir par sa « popularisation » ou par son entrée dans la « culture »[25] ?

Il s’agit donc, pour la recherche universitaire en littérature et sciences humaines, d’une invitation à la réflexivité sur ses propres objets, sur la construction de ses savoirs et sur les moyens de sa propre diffusion. Pour penser le « grand mix »[26], il convient d’en ressaisir l’histoire, de replacer la porosité des champs culturels dans une diachronie longue de l’écrit et des médias et d’en retracer les dynamiques (telles qu’elles s’observent par exemple dans les trajectoires de consécration de tel ou tel auteur, genre ou support), d’en cerner les enjeux comme les ambivalences. Bien qu’orienté vers la littérature et son étude, le projet fera dialoguer des historiens de la culture et des médias, des sociologues et des spécialistes de littérature française et comparée, français et étrangers.

 

Parce que le projet présenté permet justement une réflexion sur la pratique du savoir académique en littérature ainsi que sur les formes d’écritures académiques, il s’inscrit naturellement dans le programme « Travail et création » : là sont en jeu le travail « universitaire » et la part de « création » qu’il comporte.

 

[1] Celui-ci a théorisé la notion de « médiaculture », dans Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde (avec Eric Macé), Armand Colin-INA, 2005, et La bande dessinée : une médiaculture (avec Matteo Stefanelli), Armand Colin-Ina, 2012.

[2] http://obvil.paris-sorbonne.fr/

[3] Il faudrait, pour bien faire, user constamment de guillemets pour évoquer le « populaire », le « légitime » les « savoirs » et les « cultures ». Ces différents termes ont depuis longtemps, en sociologie, fait l’objet de débats. Dès 1989, l’ouvrage de Jean-Claude Passeron et de Claude Grignon, intitulé Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature (Paris, Seuil, 1989) a montré les écueils de l’analyse bourdieusienne de la « légitimation » des savoirs en termes de rapports de force. Mais le « populaire » des années 1960 n’est pas plus le « populaire » des années 1980 qu’il n’est celui des années 2010. Nous usons ici de ces termes en espérant montrer, en acte, combien la diffusion permise par les outils numériques a pu modifier le sens même du « savant », du « populaire » et les procédés de légitimation : l’usage des MOOC n’est-il pas un moyen de vulgarisation participant de la légitimation des savoirs ? Sans doute serait-il plus exact, au cours de l’exposé qui suit, de considérer que le « populaire » (au sens plus neutre des cultural studies) est ce que les savants et ceux qui professent un savoir en dehors des institutions académiques entendent par « populaire » et que le « savant » est aussi ce que les « doctes » et ce que ceux qui n’inscrivent pas leurs études dans le domaine des institutions scolaires ou académiques entendent par « savant » et par « légitime ». La collaboration envisagée avec des sociologues et historiens de la culture vise précisément à renouveler le débat, en partant de l’évolution des études littéraires, de leur forme et de leurs objets.

[4] Voir l’article d’Eric Maigret, « Ce que les cultural studies font aux savoirs disciplinaires. Paradigmes disciplinaires, savoirs situés et prolifération des studies », Questions de communication n°24, 2013. Dans l’équipe proposée, les travaux d’Anne-Isabelle François, côté littérature, et de Sarah Lécossais, côté sociologie et communication, s’inscrivent pleinement dans le domaine des études culturelles.

[5] Dominique Pasquier, « La Culture populaire à l’épreuve des débats sociologiques », Hermès n°42, 2005, p. 60-69. Les deux citations de cette page sont issues de cette synthèse, p. 64.

[6] Quelques étapes majeures des travaux sociologiques, particulièrement riches sur cette question : Olivier Donnat, Les Français face à la culture. De l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte, 1994 ; Bernard Lahire, La Culture des individus. Dissonnances culturelles et distinction de soi, 2004 ; Jean-Louis Fabiani, Après la culture légitime. Objets, publics, autorités, 2007 ;  Hervé Glevarec, La culture à l’ère de la diversité. Essai critique, trente ans après La Distinction, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2013.

[7] Jean-Marie Schaeffer, Petite Écologie des études littéraires, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, 2011, p. 19.

[8] Les « panthéons » rejoignent alors ce qui, dans le vocabulaire des fans, sera qualifié d’œuvres « cultes » ou de « canon ».

[9] Nous songeons là en particulier à l’ouvrage de Dominique Maingueneau, Contre Saint-Proust ou la fin de la Littérature, Paris, Belin, 2006 ou, plus récemment encore, l’essai d’Hélène Merlin-Kajman qui témoigne de la volonté de « sauver » la littérature et la lecture littéraire : Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Paris, Gallimard, 2016. Ce livre s’inscrit par ailleurs dans les recherches menées au sein du mouvement « Transitions » (www.mouvement-transitions.fr) qui a notamment interrogé le partage des disciplines ainsi que la nature de la « spécialité » des analyses littéraires. Certains membres de l’équipe proposée ont participé à ces divers travaux.

[10] Jean-Michel Guy, septembre 2016.

[11] Anne Besson, Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éditions, 2015.

[12] Voir les travaux de Dick Hebdige sur les sous-cultures, ou plus récemment de Michael Warner (Publics and Counterpublics, Cambridge, Zone Books, 2002). David Muggleton et Rupert Weinzierl proposent dès 2003 d’en venir au « post-subculturel » (The Post-subcultures Reader, Berg Publishers, 2003).

[14] Témoigne de cette prise en compte la traduction tardive de l’ouvrage de Stanley Fish Is There a Text in this Class. The Authority of Interpretative Communities (Harvard University Press, 1980) : Quand lire, c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives, éditions des Prairies ordinaires, 2007.

[15] Patrick Flichy, Le Sacre de l’amateur, Paris, Seuil, 2010. Dossier « Les fans studies : enjeux et perspectives de la recherche sur les fans en France », dirigé par Mélanie Bourdaa, Revue Française des sciences de l’information et de la communication n°7, 2015, https://rfsic.revues.org/1462

[16] On consultera notamment Dominique Pasquier, Valérie Beaudoin et Tomas Legon, Moi je lui donne 5 sur 5 : paradoxes de la critique amateur en ligne (Paris, Presses des Mines, 2014) et le dossier « La critique culturelle : déclin ou hégémonie ? » de la revue en ligne RESET (« Recherches en sciences sociales sur Internet »), n°5, 2016, https://reset.revues.org/620

[17] L’université d’Artois a notamment en 2015-2016, sous la direction de Anne Besson, ouvert un Mooc consacré à la « Fantasy » et s’apprête à développer de nouveau un Mooc consacré à la « Science-Fiction ». L’étude du public concerné par ce Mooc et des commentaires faits par ses utilisateurs est précisément l’un des points forts du projet présenté ; il permettra de réfléchir à la notion de « vulgarisation » des études littéraires et à l’éventuel changement de nature de ces études. L’analyse de données très nombreuses pourrait être confiée à un vacataire.

[18] Cf à ce propos, Anne-Gaëlle Weber, Nicolas Wanlin, Evelyne Thoizet (dir.), Panthéons littéraires et savants (XIXe– XXe siècles), Arras, Artois Presses Universités, 2012.

[19] Yves Jeanneret, Penser la trivialité, vol. 1 : la vie triviale des êtres culturels, Paris, éditions Hermès-Lavoisier, 2008.

[20] Marie-Ève Thérenty, La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007. Voir plus largement les travaux de l’équipe Médias19, plateforme d’un projet de recherche Interagence ANR (France) – FQRSC (Québec), dirigé par Marie-Ève Thérenty et au Québec par Guillaume Pinson. http://www.medias19.org/index.php?id=165

[21] Sylvain Venayre est l’auteur de Une Guerre au loin, Annam, 1883 (Paris, Les Belles Lettres, 2016) et a reçu pour cet ouvrage le prix Augustin Thierry ; il y réfléchit notamment à la manière de raconter une guerre à distance, à partir des textes des écrivains et des journalistes. Il a également mis à l’épreuve les écritures de l’Histoire dans L’Histoire au conditionnel, composé en collaboration avec Patrick Boucheron (Paris, Mille et une nuits, 2012) et dans Disparu! Enquête sur Sylvain Venayre (Paris, Les Belles Lettres, 2012).

[22] Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles, Paris, Seuil, 2016, p. 19-39.

[23] Voir par exemple la façon dont la critique d’inspiration féministe les repense depuis quelques années à l’échelle européenne : Martine Reid, Des femmes en littérature, Paris, Belin, 2010 ; Virginia Cox et Chiara Ferrari (éds.), Verso una storia di genere della letteratura italiana. Percorsi critici e gender studies, Bologne, Il Mulino 2012 ; Annette Keilhauer et Lieselotte Steinbrügge (éds.), Pour une histoire genrée des littératures romanes, Tübingen, Narr Francke Attempto Verlag, 2013. Le projet de recherche d’Anne Tomiche (Littérature comparée, Paris-Sorbonne) sur « Genre et autorité » a également interrogé la légitimité dans cette perspective :

(https://genretautor.hypotheses.org/)

[24] Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007 et Jérôme David, L’Implication de texte, Namur, Presses universitaires de Namur, 2010.

[25] On pense par exemple à la reconfiguration de l’esthétique en esthétique pragmatique, chez Jean-Marie Schaeffer (de Adieu à l’esthétique, Mimesis, 2000, à L’Expérience esthétique, NRF Essais, 2015), développant l’idée d’une confiscation légitimiste de l’expérience esthétique.

[26] Eloy Fernandez Porta, Homo Sampler. Culture et consommation à l’ère afterpop, Paris, Inculte, 2011.

Cultures savantes et cultures populaires, projet MESHS-Lille Nord de France