Archives de catégorie : Billets

ExPO en ligne : l’érudition des amateurs

http://legipop-expo.org/

L’exposition en ligne « L’érudition des amateurs » qui, après une mise en perspective générale, observe les fandoms de Tolkien, « Sherlock Holmes », « Star Trek » et « Harry Potter », est en ligne et à disposition de tout public.

L’érudition des amateurs

S’il fallait nommer des amateurs ayant acquis une somme de connaissances sur un sujet donné, peut-être que les premiers termes qui viendraient à l’esprit seraient ceux de « passionnés » ou bien de « fans » qui ont de surcroit l’avantage de retirer le sens péjoratif accolé au terme « amateur ». Le rapport passionnel ou fanatique est à n’en pas douter une puissante source de motivation pour collecter une masse de savoir sur un thème de prédilection mais ce rapport étant affectif il peut être perçu comme biaisé et disqualifier la légitimité des savoirs et la légitimité des personnes qui les ont produits.

Parler d’amateur érudit ou d’amateur savant est une manière de rendre aux passionnés la légitimité qui leur était confisquée en reconnaissant la valeur intellectuelle de leur érudition qui dépasse parfois celle des savants professionnels. Mais la comparaison soulève de nouvelles questions : quelle différence y a-t-il entre l’érudition d’un amateur savant et celle d’un savant professionnel ? Est-elle quantitative ? Est-elle méthodologique ? Se mesure-t-elle en diplôme ? En salaire ?

Différentes expertises amateures

Sur quoi portent leurs connaissances et qu’en attendent-ils ?

Continuer la lecture de ExPO en ligne : l’érudition des amateurs

Programme : Erudition des amateurs

Colloque « Des savants amateurs aux fans experts : contours et évolutions de l’érudition, entre populaire et académique »

16 et 17 novembre 2017

Organisé par Anne Besson et Anne-Gaëlle Weber dans le cadre du projet LégiPop

MESHS Lille-Nord de France (2 Rue des Canonniers, 59000 Lille)

Salle 2

Jeudi 16 novembre

9h accueil

9h15 introduction du colloque (Anne Besson, Université d’Artois, « Textes et Cultures »)

Séance 1 : Savoirs profanes

9h30 : Sébastien François (Université Paris 8, CIRCEFT-ESCOL) « Des érudits de la connaissance ? Formes d’expertise et représentations du savoir savant chez les fans de jeux télévisés »

10h : Nadine Vincent (Université de Sherbrooke, CRIFUQ) : « Qu’est-ce que la lexicologie profane ? Réflexion autour de critères permettant d’établir une typologie »

10h30 : questions et pause

Séance 2 : Expertise des fans

11h : Nicolas Perez-Prada (Limoges) : « Le fansub d’anime : restitution et constitution du sens par les fans »

11h30 : Bounthavy Suvilay (Montpellier 3, RIRRA21) : « Les savoirs des lecteurs de manga : diffusion et construction de l’interprétation sur les sites non légaux »

12h : Florent Favard (Université Bordeaux III, MICA) : Théories de fans et lectures conspirationnistes Continuer la lecture de Programme : Erudition des amateurs

Résumé : Chanson populaire et poésie

Quand les lettrés s’intéressent au “bon vieux temps” : la chanson populaire dans la poésie romantique

 

Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

Il se révèle difficile de définir la chanson populaire, et surtout de savoir qui en est l’auteur. Dès l’époque médiévale, ce qu’on appelle chanson rustique (on ne dit pas populaire alors) et archaïque, est en fait l’œuvre de poètes savants. Les poètes de la Renaissance font parfois de même pour plaire à un public que charme la simplicité bucolique : Ronsard en est un bon exemple quand il lui est reproché de faire une poésie trop complexe.
La confusion demeure au fil du temps, et même une approche un peu savante de l’histoire de la poésie, dans le courant du siècle des Lumières, n’empêche pas qu’on considère comme des œuvres issues du peuple tout ce qui sonne vieux, alors que bien des recueils de « chansons du bon vieux temps » se révèlent être des pastiches, ou associent sans distinction chansons issues du folklore et œuvres de poètes contemporains. Cependant, cette attitude traduit surtout le désir, se faisant jour dans plusieurs pays européens à cette époque et se poursuivant durant le XIXe siècle, de retrouver une poésie primitive et authentique, qui serait à l’origine de l’histoire d’une Continuer la lecture de Résumé : Chanson populaire et poésie

LegiPop

Ce carnet est voué à accueillir les comptes rendus de travaux et billets de l’équipe réunie autour du projet structurant de la MESHS Lille-Nord de France « LégiPop ». Le projet de recherche LégiPop entend interroger les conséquences très actuelles de l’hybridation (supposée ou non) des composantes de la « culture » sur la recherche et l’enseignement de la littérature et sur la définition de son objet. Il concentrera précisément son attention sur la manière dont les processus de « légitimation » de la « culture » et des « savoirs » ont pu changer et évoluer, voire s’opposer ou se confondre avec la « vulgarisation » savante. A partir d’exemples très contemporains, il s’agira de revenir sur l’évolution des définitions du « populaire » et du « légitime » induites par l’usage de nouveaux outils de diffusion, tels que les outils numériques. L’accès du plus grand nombre à un certain type de recherche universitaire ou encore à des procédés d’écriture ou de commentaires entraîne-t-il nécessairement, en retour, une redéfinition non seulement du savoir académique en littérature, mais aussi de ses objets et de ses catégories ? Pour mesurer ou cerner ces éventuels bouleversements, le détour vers l’histoire des processus croisés de légitimation et de vulgarisation semble particulièrement nécessaire. Le projet se développera suivant trois grandes problématiques, découlant des articulations possibles entre les termes de « savoirs », « culture », « populaire » et « légitime », dont il s’agira à chaque fois d’interroger les sens. – effets d’hybridation au sein des œuvres, en diachronie et en synchronie : l’histoire de la manière dont des œuvres dites « légitimes » empruntent aux cultures populaires et, vice versa, la manière dont des œuvres dites « populaires » empruntent aux savoirs et aux cultures légitimes. – mouvements symétriques de légitimation et de diffusion populaire ou de vulgarisation : histoire des processus à l’œuvre dans la légitimation des savoirs populaires et symétriquement des pratiques lectoriales et de la critique érudite ; relations entre « érudition », « constitution des savoirs académiques » et « vulgarisation ». – formes et pratiques des écritures critiques chez les amateurs et les savants, invitant les disciplines à une réflexivité sur leurs propres objets, la construction de leurs savoirs et les moyens de leur diffusion.