Archives de catégorie : rencontre

LEGIPOP aux assises cpm

Le programme LegiPop organise deux panels dans le cadre des Assises de la recherche en Cultures populaires et médiatiques, samedi 18 octobre 2018 à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Voir https://cpm2018.hypotheses.org/programme

Samedi 13 octobre 2018 / Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, bâtiment D

9h30-12h   

atelier “circulations 4” (Salle D03)
Panel Legipop : Valeurs critiques. Répondante : Anne Besson 

Continuer la lecture de LEGIPOP aux assises cpm

Programme : “Nouvelles vulgarisations”

Journée d’études

« Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture des savoirs »

Vendredi 15 juin 2018

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, salle 127

Organisation : Anne Isabelle François, Sarah Lécossais

Matin

9h Accueil

9h15 Introduction de la journée par Anne Isabelle François et Sarah Lécossais

 

9h30-11h Séance 1 : Les savoirs en BD 

Maxime Hureau (Université de Limoges. EHIC – EA1087) : « La bande dessinée comme forme académique. Réflexions sur Le déploiement de Nick Sousanis »

 

Sylvain Venayre (Université de Grenoble-Alpes. Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe – EA 7421) : « Écrire l’histoire en bande dessinée : au-delà de la vulgarisation »

 

11h15-12h45 Séance 2 : Des goûts et des savoirs à partager

Marie-Lucie Bougon (Université d’Artois. Textes et cultures – EA 4028) : « Les apprenants du MOOC fantasy de l’université d’Artois : réception et retransmission des savoirs »

Continuer la lecture de Programme : “Nouvelles vulgarisations”

Programme : « (Dé)construire la légitimité »

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018

MESHS Lille-Nord de France, Salle  2

Organisation : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Laura Muller-Thoma

***

PROGRAMME

Matin

9h : accueil

9h15 : Introduction de la journée par Matthieu Letourneux

9h30-10h30 : Séance 1, Légitimités en crise

Hervé Glévarec (CNRS/Dauphine) : « Légitimité, reconnaissance et désirabilité des biens artistiques : fondements contemporains des rapports à la culture artistique »

Eric Maigret (Paris III-Sorbonne nouvelle) : « Les enjeux de la postlégitimité culturelle : l’exemple de la culture BD »

11h-12h : Séance 2, Publics et marchés

Diana Holmes (Leeds) : « Une littérature illégitime : le “middlebrow” » Continuer la lecture de Programme : « (Dé)construire la légitimité »

Appel : Nouvelles vulgarisations

Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir

Vendredi 15 juin 2018, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Le contexte culturel de la postmodernité est marqué par une dé-hiérarchisation des pratiques « savantes » et « populaires » de plus en plus nette, accentuée encore par l’usage des outils numériques. Nous assistons à une explosion des supports de vulgarisation scientifique : blogs, vidéos, bande-dessinées, romans, expositions, conférences, essais, ateliers, théâtre, illustrations, etc. Le développement récent, dans l’université française, de nouveaux modes d’enseignements, sous la forme des MOOC, qui ouvrent les recherches en lettres à un nouveau public, propose ainsi de nouvelles formes de diffusion et, dans le même temps, redéfinit peut-être le domaine même de la recherche scientifique ainsi que celui de l’enseignement académique. Il est dès lors nécessaire, pour la recherche en littérature et sciences humaines, de réfléchir aux moyens de sa propre diffusion, d’examiner les (nouvelles) formes d’écriture entendant transmettre le savoir au grand public. L’invention de ces nouvelles formes et des nouveaux espaces de médiatisation – la « Petite bédéthèque des savoirs » lancée par les Éditions Lombard, les chaînes de youtubeurs pour apprendre l’histoire antique ou la mythologie grecque, etc. – sont-elles des exemples et leviers permettant l’émergence de véritables contre-propositions médiatiques de la part des SHS ? La mise en publicité des savoirs et des résultats de la recherche, leur circulation par des supports variés entre monde universitaire et société civile, Continuer la lecture de Appel : Nouvelles vulgarisations

Appel : (Dé)construire la légitimité

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018, MESHS Lille-Nord de France

Appel à communications

Le pouvoir « distinctif » d’une pratique culturelle, tout comme le « répertoire de goûts » des individus (pour utiliser les lexiques respectifs de Pierre Bourdieu et Richard Peterson) ne se comprennent que dans un contexte social donné ; ils sont le fruit d’une histoire, que leurs bouleversements actuels dans le sens d’une difficulté de plus en plus grande à maintenir les distinctions entre « populaire » et « savant », « bas » et « haut », commande d’interroger. Des travaux ont été menés sur la constitution des panthéons (Weber et alii, 2012) ou « l’invention des classiques » (Zékian, 2012), et le projet « LégiPop » se propose de poursuivre l’enquête sur l’historicité des critères de valeur – et de dévalorisation. Il s’agira durant cette journée de revenir sur la construction de la légitimité, les processus de légitimation et d’en réévaluer les zones d’ombre :

– Vers une histoire de la légitimité : les distinctions et leur pouvoir classant sont-elles un produit de la modernité, notamment littéraire, et le fruit de stratégies au sein des mondes de l’art ? En quoi le postmoderne, et le « post-post » contemporain, s’en sont-ils saisis, pour les subvertir et/ou les consolider ? En quoi la montée en force des cultures mass-médiatiques d’une part, et des pratiques participatives d’autre part, a-t-elle fragilisé les modèles distinctifs Continuer la lecture de Appel : (Dé)construire la légitimité

Appel : érudition des amateurs

Des savants amateurs aux fans experts : contours et évolutions de l’érudition, entre populaire et académique

16- 17 novembre 2017, MESHS de Lille, colloque coordonné par Anne Besson et Anne-Gaëlle Weber (Université d’Artois)

Réponses attendues avant le 31 juillet 2017 (résumés de 1000 à 3000 signes, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique).

 

Le champ de l’expertise critique, entend-on souvent ces dernières années, serait en crise ; du moins subirait-il une profonde mutation, qui conduirait d’une traditionnelle verticalité (le savoir se diffusant de haut en bas, du « sachant » au néophyte) à une nouvelle horizontalité, celle des pairs connectés, des communautés d’amateurs partageant leur intelligence collective, celle des réseaux, sociaux bien sûr. La prégnance d’Internet dans nos vies culturelles est en effet bien identifiée comme la source principale de ce transfert d’influence décisif : des critiques érudits, savants professionnels, et seuls aptes à conférer la légitimité, vers un pouvoir aux consommateurs, lecteurs, joueurs, spectateurs – fans. Au passage, de nouveaux équilibres s’instaurent, donnant plus de visibilité aux productions qu’on qualifiera de « geek », culture populaire et médiatique, goût pour les séries, les genres de l’imaginaire et les œuvres « transgénérationnelles »[1].

Il s’agira durant ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre du projet LegiPop (MESHS Lille-Nord de France : voir descriptif ci-dessous), d’interroger de tels constats, pour repenser les contours et évolutions de l’érudition qu’ils sous-entendent. Continuer la lecture de Appel : érudition des amateurs

Résumé : Le Diable de Léo Taxil

LE DIABLE AU XIXe SIECLE DE LEO TAXIL
OU LE ROMAN-FEUILLETON DE LA DEMONOLOGIE

Marianne CLOSSON
Université d’Artois

 

 

La réussite de la mystification du Diable au XIXe siècle, revue mensuelle diffusée à près de 60 000 exemplaires, qui parut de novembre 1892 à mars 1895, et affirmait l’existence d’une puissante franc-maçonnerie occulte organisée autour du culte de Lucifer, est d’autant plus surprenante que pour accréditer le mythe d’un complot satanique universel, Léo Taxil ne recula devant aucune des ficelles et des motifs du roman populaire de l’époque et plus précisément du roman-feuilleton. Il ne faisait d’ailleurs que reprendre les recettes qui lui avaient si bien réussi lorsqu’il dirigeait la Librairie anticléricale avant sa spectaculaire conversion au catholicisme en 1885 : dans la revue À bas la calotte, comme dans ses Continuer la lecture de Résumé : Le Diable de Léo Taxil

Résumé : Légitimité et séries TV

“Les séries télévisées : « légitimité » d’un objet de recherche”

Sarah Lécossais (Paris 13).

Cette communication propose de revenir sur les processus de reconnaissance des séries télévisées à l’Université et la manière dont elles ont pu devenir des objets dignes d’intérêt pour la recherches et, de ce fait, « légitimes ». Ces fictions ont beaucoup souffert de l’imposante présence de la théorie bourdieusienne de la culture, en France en tout cas, et connaissent des formes récurrentes de hiérarchisation. Cette communication propose donc des pistes de réflexion permettant de saisir comment les conceptions légitimistes de la culture ont pu jouer sur les séries télévisées françaises, sur leur réception et sur les critiques dont elles ont fait l’objet, aussi bien à l’Université qu’ailleurs. C’est donc le double processus de critique et de reconnaissance des séries françaises qui sera retracé dans ses grandes lignes.

On rappellera d’abord les travaux pionniers sur la télévision et leur Continuer la lecture de Résumé : Légitimité et séries TV

Résumé : Romans de chevalerie

“Les romans de chevalerie, construction d’une lecture illégitime”.


Marine Roussillon, Université d’Artois.

 

L'Histoire de Huon de Bordeaux: page de titre d'une édition bon marché de la "Bibliothèque bleue", éditée par Nicolas Oudot à Troyes en 1675. Une gravure sur bois représente un homme à cheval.
Une édition bon marché de roman de chevalerie: L’Histoire de Huon de Bordeaux…, Troyes, Nicolas Oudot, 1675. Source: Bibliothèque nationale de France, Gallica.

 

Addictifs, ils inciteraient les jeunes gens à la violence et les jeunes filles à la luxure, les couperaient de leur culture, leur feraient perdre tout repère moral… Les jeux vidéos ? Non, les romans de chevalerie. C’est en tous cas ainsi que les décrit Charles Sorel, polygraphe du 17e siècle, dans son Histoire comique de Francion comme dans ses ouvrages critiques1.

Continuer la lecture de Résumé : Romans de chevalerie

  1. C. Sorel, Histoire comique de Francion, Paris, Pierre Billaine, 1623, livre III. Voir aussi La Bibliothèque française, 1664 et De la Connaissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671 []

Résumé : la déligitimation d’Hector Malot

Francis Marcoin

Le cas littéraire de M. Hector Malot.  Une trajectoire de déligitimation

« Le cas littéraire de M. Hector Malot », tel est le titre d’un article d’Adolphe Buisson paru en 1898 dans Pointes sèches (Physionomies littéraires)[1], où le journaliste revient sur les motifs qui ont conduit le romancier à prendre sa retraite, décision que ce dernier a annoncée publiquement par voie de presse et qui a suscité nombre de réactions. Le 25 mai 1895, à la une du journal Le Temps, on pouvait en effet lire une longue lettre d’Hector Malot, « PPC. Pour prendre congé ».

Un écrivain prend-il jamais sa retraite ? L’état d’artiste a-t-il quelque chose à voir avec un métier que l’on exerce et que l’on quitte pour jouir d’un repos bien mérité ? L’étude de ce cas permet à Adolphe Brisson, de se livrer à une réflexion très originale sur cet état d’artiste, réflexion qui porte déjà en elle les éléments d’analyse que l’on trouvera chez le sociologue Pierre Bourdieu, mais aussi, avant ce dernier, chez Jean-Paul Sartre quand il examine le cas Baudelaire.

L’expression « physionomie littéraire » employée par Adolphe Brisson peut rappeler la démarche d’Alexis de Tocqueville qui, en 1840, avait donné à la deuxième partie de son ouvrage La Démocratie en Amérique le sous-titre de « Physionomie littéraire des siècles démocratiques ». Après avoir analysé les aspects politiques et constitutionnels du fait démocratique, Tocqueville se tournait vers une réflexion à la fois plus descriptive et plus prospective, et tentait de décrire, ou plutôt de prévoir, les effets de l’égalité des conditions sur la société civile, sur les habitudes, sur les idées et sur les mœurs.

Ce principe d’égalité, selon lui, créait un homme nouveau et laissait envisager le passage d’une littérature aristocratique à une littérature démocratique. Quand la première était marquée par la concentration du pouvoir et du savoir entre les mains d’une élite, la seconde devait voir leur dispersion au sein d’un public infiniment Continuer la lecture de Résumé : la déligitimation d’Hector Malot

Résumé : Processus et régimes de légitimation

Résumé de communication, séminaire du 5 mai 2017

Anne Isabelle François, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172)

Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques

Le titre de la journée invite à manier un certain nombre de notions qui constituent un réseau dense au sein de « la fabrique de légitimité littéraire » (Pascale Casanova). On posera la question des processus et régimes de légitimation en deux temps : d’abord en termes généraux (sur quels présupposés repose-t-elle ? que soulèvent les usages d’un terme entré dans le vocabulaire courant ? quels sont les concepts à manier ? à quels niveaux – objet et démarche – s’effectue le questionnement ?), puis en la rapportant à deux propositions concrètes, à la fois théoriques et méthodologiques.

Le questionnement exige de se confronter à des catégories usuelles, plus ou moins bien définies et circonscrites (comme celles de sous-culture, contre-culture, paralittérature et autres stigmates qui Continuer la lecture de Résumé : Processus et régimes de légitimation

Trajectoires de légitimation

Séminaire du 5 mai  : Université d’Artois, Arras (Maison de la recherche, Salle des colloques)

« Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

Séminaire doctoral “Textes et Cultures”, TransLittéraires/ Projet LégiPop MESHS Lille Nord de France

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSIC), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche »

12h30-14h : déjeuner

14h : Marine Roussillon (U. Artois), « Romans de chevalerie: construction d’une lecture illégitime »

14h45 : Brigitte Buffard-Moret (U. Artois), « Quand les lettrés s’intéressent au “bon vieux temps” : la chanson populaire dans la poésie romantique »

15h30 : pause

15h45 Julie Assouly (U. Artois) , « Les frères Coen : un cinéma populaire élitiste ? »