Archives de catégorie : ressources

ExPO en ligne : l’érudition des amateurs

http://legipop-expo.org/

L’exposition en ligne « L’érudition des amateurs » qui, après une mise en perspective générale, observe les fandoms de Tolkien, « Sherlock Holmes », « Star Trek » et « Harry Potter », est en ligne et à disposition de tout public.

L’érudition des amateurs

S’il fallait nommer des amateurs ayant acquis une somme de connaissances sur un sujet donné, peut-être que les premiers termes qui viendraient à l’esprit seraient ceux de « passionnés » ou bien de « fans » qui ont de surcroit l’avantage de retirer le sens péjoratif accolé au terme « amateur ». Le rapport passionnel ou fanatique est à n’en pas douter une puissante source de motivation pour collecter une masse de savoir sur un thème de prédilection mais ce rapport étant affectif il peut être perçu comme biaisé et disqualifier la légitimité des savoirs et la légitimité des personnes qui les ont produits.

Parler d’amateur érudit ou d’amateur savant est une manière de rendre aux passionnés la légitimité qui leur était confisquée en reconnaissant la valeur intellectuelle de leur érudition qui dépasse parfois celle des savants professionnels. Mais la comparaison soulève de nouvelles questions : quelle différence y a-t-il entre l’érudition d’un amateur savant et celle d’un savant professionnel ? Est-elle quantitative ? Est-elle méthodologique ? Se mesure-t-elle en diplôme ? En salaire ?

Différentes expertises amateures

Sur quoi portent leurs connaissances et qu’en attendent-ils ?

Continuer la lecture de ExPO en ligne : l’érudition des amateurs

Résumé : Le Diable de Léo Taxil

LE DIABLE AU XIXe SIECLE DE LEO TAXIL
OU LE ROMAN-FEUILLETON DE LA DEMONOLOGIE

Marianne CLOSSON
Université d’Artois

 

 

La réussite de la mystification du Diable au XIXe siècle, revue mensuelle diffusée à près de 60 000 exemplaires, qui parut de novembre 1892 à mars 1895, et affirmait l’existence d’une puissante franc-maçonnerie occulte organisée autour du culte de Lucifer, est d’autant plus surprenante que pour accréditer le mythe d’un complot satanique universel, Léo Taxil ne recula devant aucune des ficelles et des motifs du roman populaire de l’époque et plus précisément du roman-feuilleton. Il ne faisait d’ailleurs que reprendre les recettes qui lui avaient si bien réussi lorsqu’il dirigeait la Librairie anticléricale avant sa spectaculaire conversion au catholicisme en 1885 : dans la revue À bas la calotte, comme dans ses Continuer la lecture de Résumé : Le Diable de Léo Taxil

Résumé : Légitimité et séries TV

« Les séries télévisées : « légitimité » d’un objet de recherche »

Sarah Lécossais (Paris 13).

Cette communication propose de revenir sur les processus de reconnaissance des séries télévisées à l’Université et la manière dont elles ont pu devenir des objets dignes d’intérêt pour la recherches et, de ce fait, « légitimes ». Ces fictions ont beaucoup souffert de l’imposante présence de la théorie bourdieusienne de la culture, en France en tout cas, et connaissent des formes récurrentes de hiérarchisation. Cette communication propose donc des pistes de réflexion permettant de saisir comment les conceptions légitimistes de la culture ont pu jouer sur les séries télévisées françaises, sur leur réception et sur les critiques dont elles ont fait l’objet, aussi bien à l’Université qu’ailleurs. C’est donc le double processus de critique et de reconnaissance des séries françaises qui sera retracé dans ses grandes lignes.

On rappellera d’abord les travaux pionniers sur la télévision et leur Continuer la lecture de Résumé : Légitimité et séries TV

Résumé : Romans de chevalerie

« Les romans de chevalerie, construction d’une lecture illégitime ».


Marine Roussillon, Université d’Artois.

 

L'Histoire de Huon de Bordeaux: page de titre d'une édition bon marché de la "Bibliothèque bleue", éditée par Nicolas Oudot à Troyes en 1675. Une gravure sur bois représente un homme à cheval.
Une édition bon marché de roman de chevalerie: L’Histoire de Huon de Bordeaux…, Troyes, Nicolas Oudot, 1675. Source: Bibliothèque nationale de France, Gallica.

 

Addictifs, ils inciteraient les jeunes gens à la violence et les jeunes filles à la luxure, les couperaient de leur culture, leur feraient perdre tout repère moral… Les jeux vidéos ? Non, les romans de chevalerie. C’est en tous cas ainsi que les décrit Charles Sorel, polygraphe du 17e siècle, dans son Histoire comique de Francion comme dans ses ouvrages critiques1.

Continuer la lecture de Résumé : Romans de chevalerie

  1. C. Sorel, Histoire comique de Francion, Paris, Pierre Billaine, 1623, livre III. Voir aussi La Bibliothèque française, 1664 et De la Connaissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671 []

Résumé : la déligitimation d’Hector Malot

Francis Marcoin

Le cas littéraire de M. Hector Malot.  Une trajectoire de déligitimation

« Le cas littéraire de M. Hector Malot », tel est le titre d’un article d’Adolphe Buisson paru en 1898 dans Pointes sèches (Physionomies littéraires)[1], où le journaliste revient sur les motifs qui ont conduit le romancier à prendre sa retraite, décision que ce dernier a annoncée publiquement par voie de presse et qui a suscité nombre de réactions. Le 25 mai 1895, à la une du journal Le Temps, on pouvait en effet lire une longue lettre d’Hector Malot, « PPC. Pour prendre congé ».

Un écrivain prend-il jamais sa retraite ? L’état d’artiste a-t-il quelque chose à voir avec un métier que l’on exerce et que l’on quitte pour jouir d’un repos bien mérité ? L’étude de ce cas permet à Adolphe Brisson, de se livrer à une réflexion très originale sur cet état d’artiste, réflexion qui porte déjà en elle les éléments d’analyse que l’on trouvera chez le sociologue Pierre Bourdieu, mais aussi, avant ce dernier, chez Jean-Paul Sartre quand il examine le cas Baudelaire.

L’expression « physionomie littéraire » employée par Adolphe Brisson peut rappeler la démarche d’Alexis de Tocqueville qui, en 1840, avait donné à la deuxième partie de son ouvrage La Démocratie en Amérique le sous-titre de « Physionomie littéraire des siècles démocratiques ». Après avoir analysé les aspects politiques et constitutionnels du fait démocratique, Tocqueville se tournait vers une réflexion à la fois plus descriptive et plus prospective, et tentait de décrire, ou plutôt de prévoir, les effets de l’égalité des conditions sur la société civile, sur les habitudes, sur les idées et sur les mœurs.

Ce principe d’égalité, selon lui, créait un homme nouveau et laissait envisager le passage d’une littérature aristocratique à une littérature démocratique. Quand la première était marquée par la concentration du pouvoir et du savoir entre les mains d’une élite, la seconde devait voir leur dispersion au sein d’un public infiniment Continuer la lecture de Résumé : la déligitimation d’Hector Malot