Résumé : la déligitimation d’Hector Malot

Francis Marcoin

Le cas littéraire de M. Hector Malot.  Une trajectoire de déligitimation

« Le cas littéraire de M. Hector Malot », tel est le titre d’un article d’Adolphe Buisson paru en 1898 dans Pointes sèches (Physionomies littéraires)[1], où le journaliste revient sur les motifs qui ont conduit le romancier à prendre sa retraite, décision que ce dernier a annoncée publiquement par voie de presse et qui a suscité nombre de réactions. Le 25 mai 1895, à la une du journal Le Temps, on pouvait en effet lire une longue lettre d’Hector Malot, « PPC. Pour prendre congé ».

Un écrivain prend-il jamais sa retraite ? L’état d’artiste a-t-il quelque chose à voir avec un métier que l’on exerce et que l’on quitte pour jouir d’un repos bien mérité ? L’étude de ce cas permet à Adolphe Brisson, de se livrer à une réflexion très originale sur cet état d’artiste, réflexion qui porte déjà en elle les éléments d’analyse que l’on trouvera chez le sociologue Pierre Bourdieu, mais aussi, avant ce dernier, chez Jean-Paul Sartre quand il examine le cas Baudelaire.

L’expression « physionomie littéraire » employée par Adolphe Brisson peut rappeler la démarche d’Alexis de Tocqueville qui, en 1840, avait donné à la deuxième partie de son ouvrage La Démocratie en Amérique le sous-titre de « Physionomie littéraire des siècles démocratiques ». Après avoir analysé les aspects politiques et constitutionnels du fait démocratique, Tocqueville se tournait vers une réflexion à la fois plus descriptive et plus prospective, et tentait de décrire, ou plutôt de prévoir, les effets de l’égalité des conditions sur la société civile, sur les habitudes, sur les idées et sur les mœurs.

Ce principe d’égalité, selon lui, créait un homme nouveau et laissait envisager le passage d’une littérature aristocratique à une littérature démocratique. Quand la première était marquée par la concentration du pouvoir et du savoir entre les mains d’une élite, la seconde devait voir leur dispersion au sein d’un public infiniment Continuer la lecture de Résumé : la déligitimation d’Hector Malot

Francis Marcoin

Professeur de Littérature française à l’université d’Artois depuis 1993.

Mes recherches tiennent en quatre ouvrages, un ouvrage en collaboration, sept directions ou co-directions d’ouvrages, et plus d’une centaine d’articles ou de travaux répartis en trois sections :

  1. Histoire et critique de la littérature de jeunesse ; questions d’enfance
  2. Lecture, critique littéraire, pédagogie, institutions
  3. Roman et critique du roman : Maupassant et le Naturalisme/ autres auteurs.

Recherches d’abord menées dans le champ du roman réaliste et naturaliste, essentiellement sur l’œuvre de Maupassant, puis dans le domaine des livres et objets culturels de l’enfance, qui est devenue une des spécialités reconnues de l’université d’Artois, avec une revue bisannuelle, les Cahiers Robinson, créée en 1997 (quarantième volume sous presse) et un centre de documentation et de recherche, Continuer la lecture de Francis Marcoin

Matthieu LETOURNEUX

Professeur de Littérature

Univ. Paris Ouest-Nanterre

CSLF – EA 1586

Qualifié 9e et 10e sections.

Matthieu Letourneux est spécialiste des cultures sérielles et médiatiques des XIXe et XXe siècle (littérature populaire et de masse, presse, cultures de jeunesse), et des relations entre culture matérielle et médiatique.

Secrétaire de la LPCM (association des chercheurs en Littérature Populaire et Culture Médiatique) il a présidé l’AFRELOCE (Association des chercheurs sur les livres et objets culturels de l’enfance).

Il dirige la revue Belphégor, spécialisée dans les cultures médiatiques et la littérature populaire (https://belphegor.revues.org/).

Il a participé aux ANR « Anticipation » (2014-2017), à l’ANR (France) – FQRSC (Québec) Médias 19 (équipe « Petite Presse », dirigée par Continuer la lecture de Matthieu LETOURNEUX

Résumé : Processus et régimes de légitimation

Résumé de communication, séminaire du 5 mai 2017

Anne Isabelle François, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172)

Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques

Le titre de la journée invite à manier un certain nombre de notions qui constituent un réseau dense au sein de « la fabrique de légitimité littéraire » (Pascale Casanova). On posera la question des processus et régimes de légitimation en deux temps : d’abord en termes généraux (sur quels présupposés repose-t-elle ? que soulèvent les usages d’un terme entré dans le vocabulaire courant ? quels sont les concepts à manier ? à quels niveaux – objet et démarche – s’effectue le questionnement ?), puis en la rapportant à deux propositions concrètes, à la fois théoriques et méthodologiques.

Le questionnement exige de se confronter à des catégories usuelles, plus ou moins bien définies et circonscrites (comme celles de sous-culture, contre-culture, paralittérature et autres stigmates qui Continuer la lecture de Résumé : Processus et régimes de légitimation

Anne Besson

ANNE BESSON

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Fontenay),  agrégée de Lettres Modernes, Docteur en Littérature comparée, Professeur de Littérature Générale et Comparée, à l’Université d’Artois, Arras, membre de « Textes et cultures », Université d’Artois (EA 4028)

Champs de recherche :

Littérature comparée ; culture populaire ; nouveaux médias.

Ensembles romanesques, cycles et séries. Science-fiction et fantasy, genres de l’imaginaire. Univers partagés : mondes fictionnels et extensions médiatiques.

 

Choix de publications : Continuer la lecture de Anne Besson

Trajectoires de légitimation

Séminaire du 5 mai  : Université d’Artois, Arras (Maison de la recherche, Salle des colloques)

« Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

Séminaire doctoral « Textes et Cultures », TransLittéraires/ Projet LégiPop MESHS Lille Nord de France

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSIC), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche »

12h30-14h : déjeuner

14h : Marine Roussillon (U. Artois), « Romans de chevalerie: construction d’une lecture illégitime »

14h45 : Brigitte Buffard-Moret (U. Artois), « Quand les lettrés s’intéressent au “bon vieux temps” : la chanson populaire dans la poésie romantique »

15h30 : pause

15h45 Julie Assouly (U. Artois) , « Les frères Coen : un cinéma populaire élitiste ? »

 

 

LegiPop

Ce carnet est voué à accueillir les comptes rendus de travaux et billets de l’équipe réunie autour du projet structurant de la MESHS Lille-Nord de France « LégiPop ». Le projet de recherche LégiPop entend interroger les conséquences très actuelles de l’hybridation (supposée ou non) des composantes de la « culture » sur la recherche et l’enseignement de la littérature et sur la définition de son objet. Il concentrera précisément son attention sur la manière dont les processus de « légitimation » de la « culture » et des « savoirs » ont pu changer et évoluer, voire s’opposer ou se confondre avec la « vulgarisation » savante. A partir d’exemples très contemporains, il s’agira de revenir sur l’évolution des définitions du « populaire » et du « légitime » induites par l’usage de nouveaux outils de diffusion, tels que les outils numériques. L’accès du plus grand nombre à un certain type de recherche universitaire ou encore à des procédés d’écriture ou de commentaires entraîne-t-il nécessairement, en retour, une redéfinition non seulement du savoir académique en littérature, mais aussi de ses objets et de ses catégories ? Pour mesurer ou cerner ces éventuels bouleversements, le détour vers l’histoire des processus croisés de légitimation et de vulgarisation semble particulièrement nécessaire. Le projet se développera suivant trois grandes problématiques, découlant des articulations possibles entre les termes de « savoirs », « culture », « populaire » et « légitime », dont il s’agira à chaque fois d’interroger les sens. – effets d’hybridation au sein des œuvres, en diachronie et en synchronie : l’histoire de la manière dont des œuvres dites « légitimes » empruntent aux cultures populaires et, vice versa, la manière dont des œuvres dites « populaires » empruntent aux savoirs et aux cultures légitimes. – mouvements symétriques de légitimation et de diffusion populaire ou de vulgarisation : histoire des processus à l’œuvre dans la légitimation des savoirs populaires et symétriquement des pratiques lectoriales et de la critique érudite ; relations entre « érudition », « constitution des savoirs académiques » et « vulgarisation ». – formes et pratiques des écritures critiques chez les amateurs et les savants, invitant les disciplines à une réflexivité sur leurs propres objets, la construction de leurs savoirs et les moyens de leur diffusion.

Cultures savantes et cultures populaires, projet MESHS-Lille Nord de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search