Archives par mot-clé : histoire littéraire

Appel : (Dé)construire la légitimité

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018, MESHS Lille-Nord de France

Appel à communications

Le pouvoir « distinctif » d’une pratique culturelle, tout comme le « répertoire de goûts » des individus (pour utiliser les lexiques respectifs de Pierre Bourdieu et Richard Peterson) ne se comprennent que dans un contexte social donné ; ils sont le fruit d’une histoire, que leurs bouleversements actuels dans le sens d’une difficulté de plus en plus grande à maintenir les distinctions entre « populaire » et « savant », « bas » et « haut », commande d’interroger. Des travaux ont été menés sur la constitution des panthéons (Weber et alii, 2012) ou « l’invention des classiques » (Zékian, 2012), et le projet « LégiPop » se propose de poursuivre l’enquête sur l’historicité des critères de valeur – et de dévalorisation. Il s’agira durant cette journée de revenir sur la construction de la légitimité, les processus de légitimation et d’en réévaluer les zones d’ombre :

– Vers une histoire de la légitimité : les distinctions et leur pouvoir classant sont-elles un produit de la modernité, notamment littéraire, et le fruit de stratégies au sein des mondes de l’art ? En quoi le postmoderne, et le « post-post » contemporain, s’en sont-ils saisis, pour les subvertir et/ou les consolider ? En quoi la montée en force des cultures mass-médiatiques d’une part, et des pratiques participatives d’autre part, a-t-elle fragilisé les modèles distinctifs Continuer la lecture de Appel : (Dé)construire la légitimité

Résumé : Romans de chevalerie

“Les romans de chevalerie, construction d’une lecture illégitime”.


Marine Roussillon, Université d’Artois.

 

L'Histoire de Huon de Bordeaux: page de titre d'une édition bon marché de la "Bibliothèque bleue", éditée par Nicolas Oudot à Troyes en 1675. Une gravure sur bois représente un homme à cheval.
Une édition bon marché de roman de chevalerie: L’Histoire de Huon de Bordeaux…, Troyes, Nicolas Oudot, 1675. Source: Bibliothèque nationale de France, Gallica.

 

Addictifs, ils inciteraient les jeunes gens à la violence et les jeunes filles à la luxure, les couperaient de leur culture, leur feraient perdre tout repère moral… Les jeux vidéos ? Non, les romans de chevalerie. C’est en tous cas ainsi que les décrit Charles Sorel, polygraphe du 17e siècle, dans son Histoire comique de Francion comme dans ses ouvrages critiques1.

Continuer la lecture de Résumé : Romans de chevalerie

  1. C. Sorel, Histoire comique de Francion, Paris, Pierre Billaine, 1623, livre III. Voir aussi La Bibliothèque française, 1664 et De la Connaissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671 []